Clicky

Pour le cerveau d’adorer l’infographie

L’infographie est partout
mais pourquoi un tel succès ?
Cette infographie décrit la science qui explique cette popularité
L’utilisation d’informations graphiques a augmenté de...
400 %
dans la littérature[1]
(depuis 1990)
9900 %
sur Internet[2]
(depuis 2007)
142 %
dans la presse[3]
(entre 1985 & 1994)
C’est parce que nous
‘visuellement connectés’
Presque
50%
de notre cerveau est
impliqué dans le
traitement visuel[5]
70%
de tous nos
récepteurs sensoriels
sont situés dans nos yeux[4]
Nous sommes capables
de percevoir une
scène
visuelle
en moins
d’1/10 de seconde[6]
Il ne nous faut que 150 ms pour traiter un symbole + 100 ms pour y associer une signification[7, 8]
L’infographie nous aide car nous sommes
submergés par un excès d’informations
Nous recevons
5 x
plus d’informations
aujourd’hui
qu’en 1986[9]
Nous utilisons environ
34 gigaoctets ou 100 500 mots
d’information par jour,
hors travail[10]
En moyenne,
un utilisateur ne lit que
28 %
des mots sur chaque page Internet qu’il visite[11]
80%
Les chercheurs estiment que des visuels colorés augmentent l’envie de lire de 80%.[12]
L’infographie aide à gérer l’excès d’informations car...
C’est plus attrayant
Plus simple
Une étude a démontré que lorsqu’il s’agit de comprendre les étiquettes des boîtes de médicaments:
70%
des utilisateurs les comprennent grâce au texte seulement[13]
95%
des utilisateurs les comprennent grâce au texte accompagné d’images
Un texte illustré augmente la compréhension de
323 %
par rapport à un texte non illustré[14]
Plus convainquant
Une étude menée par la Wharton School of Business a démontré que :
50% d’un auditoire se laisse convaincre par une présentation exclusivement verbale
67% d’un auditoire se laisse convaincre par une présentation verbale accompagnée de visuels [15]
On croit plus ce qu’on lit avec des images de cerveau et la mention des neurosciences cognitives[16]
Meilleure mémorisation [17]
Les gens se souviennent de :
Les infographies sont
PLUS SIMPLES À ASSIMILER
AMUSANTES À PARTAGER
EXTRÊMEMENT ATTRAYANTES
Après tout, vous êtes en train de lire ceci depuis
Pas étonnant que les infographies remportent un tel succès.


Besoin d’aide pour créer un contenu visuel qui stimule ? Découvrez nos études de cas




Sources
1 Google Ngram Viewer.
2 Google Trends.
3 Zacks, J., Levy, E., Tversky, B., Schinao, D. (2002). Graphs in Print, Diagrammatic Representation and Reasoning, London: Springer-Verlag.
4 Merieb, E. N. & Hoehn, K. (2007). Human Anatomy & Physiology 7th Edition, Pearson International Edition.
5 Merieb, E. N. & Hoehn, K. (2007). Human Anatomy & Physiology 7th Edition, Pearson International Edition.
6 Semetko, H. & Scammell, M. (2012). The SAGE Handbook of Political Communication, SAGE Publications.
7 Thorpe, S., Fize, D. & Marlot, C. (1996). Speed of processing in the human visual system, Nature, Vol 381.
8 Holcomb, P. & Grainger, J. (2006). On the Time Course of Visual Word Recognition, Journal of Cognitive Neuroscience, Vol 18.
9 Alleyne, R. (11 Feb 2011). Welcome to the information age – 174 newspapers a day. The Telegraph.
10 Bohn, R. & Short, J. (2012). Measuring Consumer Information, International Journal of Communication, Vol 6.
11 Nielsen, J. (2008). How Little Do Users Read?
12 Green, R. (1989). The Persuasive Properties of Color, Marketing Communications.
13 Dowse, R. & Ehlers, M. (2005). Medicine labels incorporating pictograms: Do they influence understanding and adherence?, Patient Education and Counseling, Vol 58, Issue 1.
14 Levie, W. J. & Lentz, R. (1982). Effects of text illustrations: A review of research, Educational Communication and Technology.
15 Wharton School of Business. ‘Effectiveness of Visual Language’.
16 McCabe, D. & Castel, A. (2008). Seeing is believing: The effect of brain images on judgments of scientific reasoning, Cognition 107.
17 Lester, P. M. (2006). Syntactic Theory of Visual Communication.